lebdo librairie inclusive representative feministe de la violence coloniale dans l espace public francoise verges escalvage colonie france
lebdo librairie inclusive representative feministe de la violence coloniale dans l espace public francoise verges escalvage colonie france
NOUVEAUTÉ

De la violence coloniale dans l'espace public : Visite du triangle de la Porte Dorée à Paris - Françoise Vergès

Réf : 9782957749805
15,00 €
Disponible à la livraison
En stock
Retrait disponible

Description

"Paris « capitale romantique », « capitale de l’amour » a été, entre le 15ème et le 20ème siècle, la capitale d’un empire colonial, esclavagiste et post-esclavagiste. Inévitablement, les pouvoirs successifs ont voulu exhiber ce qui faisait leur gloire et, inévitablement, du fait de la structure masculine et raciale du pouvoir, bâtiments et monuments ont été conçus pour mettre en scène l’esprit de conquête, le patriarcat, l’oppression et l’expansion."


Ce guide décolonial nous emmène du côté de la Porte Dorée, à Paris, visiter un "triangle colonial" composé de trois monuments qui offrent un condensé de l'histoire coloniale, culturelle, économique, raciale et politique de la France.

Ce triangle comprend le bâtiment du Musée national de l’histoire de l’immigration, ex-Musée des Colonies inauguré à l’occasion de l’Exposition coloniale de 1931, dont l’immense bas-relief met en scène, « l’air de rien », l’économie extractiviste basée sur l’esclavage et le travail forcé dans les colonies. Face au musée, le deuxième sommet du triangle est le monument à la mission Marchand qui, depuis les années 1970, fait régulièrement l’objet d’actions anti-colonialistes allant du tag au plastiquage. Le dernier sommet révèle quant à lui « La France apportant la paix et la prospérité aux colonies » sous les traits de la déesse Athéna.


S’inspirant des bases d’une pédagogie critique explorée par les universités de Décoloniser Les Arts (DLA), cet ouvrage revient sur les débats et les luttes menées à travers le monde autour de statues, célébrant esclavagistes et colonialistes, « au pied desquelles le pouvoir dépose des gerbes de fleurs. »

Accompagné d’une riche sélection d’images d’archives et ponctué par les interventions visuelles de l’artiste Seumboy Vrainom :€, Françoise Vergès nous livre ici un texte incisif qui propose une nouvelle manière d’aborder la ville.


Françoise Vergès

Françoise Vergès s’éduque politiquement en grandissant à La Réunion dans une famille communiste, anticoloniale et féministe. Après avoir travaillé en France dans des groupes anti-impérialistes et exercé comme journaliste et éditrice à des femmes, Françoise Vergès part aux Etats-Unis en 1983. Elle y travaille pendant deux ans avant de s’inscrire à l’université où elle obtient une double licence summa cum laude en Science Politique et Études féminines à San Diego, puis un doctorat en Science Politique à l’Université de Berkeley, Californie (1995). Sa thèse Monsters and Revolutionaries. Colonial Family Romance est publiée par Duke University Press (1999). Entre 2007 et 2010, elle travaille à un projet de musée porté postcolonial pour le XXIe siècle. Elle a été présidente du Comité pour l’Histoire et la mémoire de l’esclavage (2009-2012), a enseigné à Sussex University, Goldsmiths College, Berkeley et Brown University, a été titulaire de la chaire Global South(s) de 2014 à 2018 au Collège d'études mondiales, FMSH. Co-fondatrice de l’association Décoloniser les Arts, elle est l’autrice de nombreux ouvrages et articles sur l’esclavage, le colonialisme, l’impérialisme, et l’économie extractiviste et de l’épuisement, traduits dans plusieurs langues.


Thèmes : histoire coloniale, monuments, esclavage, travail forcé, économie extractiviste, mémoire.


Autrice : Françoise Vergès

Contribution visuelle : Seumboy Vrainom :€

Éditions : Shed Publishing

Date de parution : 15/10/2021


Dimensions : 11,4 cm × 21,4 cm, 192 pages, 54 images.